Gonal Fulfulde ndeer gannde kese

Fulfulde e gannde kese, ko tiitoonde winndannde nde wiɗtooɓe ɗiɗo (2) misranaaɓe hawtiti winndi, ɓen ngoni : Dr. Aadel Usmaan Imam Ayat, jannginoowo ɗemɗe afrik, to Duɗal Ɗemɗe e Eggo (faculté de Jokkito »

Ciimtol FPU & FPUNA nder Washington: 7, 8 & 9 lewru Morso (July), 2017

Taariika Fulɓe Progressive Union (FPU) ko mojobere daraniinde fiyaakuuji renndo e pinal. Ko e hitaande 1966 nde sincaa e nder Sarlon. Innde mayre aranere nden fewndo nde sincaa ko Fullah Youth Organization Jokkito »

Nafitorgol karallaaji kesi fii jannugol Fulfulde

 Gila internet layi, humindiri jamaaji ɗin, wontuno laawol lumbinirngol miijooji e eɓɓooje, maandinirngol jannde e gannde. Ko e ngol laawol kadi yimɓe ɓen waɗti daɗndirde ngaddamaakuuji maɓɓe e finaa-tawaaji maɓɓe, seɓitoriiɗi mulugol. Jokkito »

Miijo: Yahugol njananiri fii ɗaɓɓere e nguu jamaanu hannde!

Fulɓe wi’i: « Mo haylaaki o haylay hoore ». Ndee tiitoonde yahugol njananiri fii ɗaɓɓere e nguu jamaanu hannde no hitti fota fota, teeŋtinii wonande sukaaɓe wontirɓe hiirnaange Afrika (west Africa), sabu yaltugol fii Jokkito »

Fulɓe e Luumol nder Najeeriya

Joomirawo waddii jamanu ko halli to Fulɓe Najeeriya: Na’i amen keeñi. Iyaalu ɗuuɗi. Ko ɗuuɗi nder sukaaɓe amen accii durngol ngam na’i keppaama – ɓe ngalaa ilmu, ɓe ngalaa sanaa’a, faa woɓɓe Jokkito »

 

SantarAfrik : Si julɓe ɓen tampii e gere ɗen, fulɓe ɓen ɓuror

SantarAfrik (Centre Afrique), lesdi jeyaandi e lesɗe hakkundeeje ɗen Afrik hino e fiyaaku yurmuɗo aaninɗo. Gila porto keesi naatiri e mayri innde ñippugol yiite hakkunde murtuɓe e laamiiɓe ; fitina on ɓurtu tiiɗude. Gere ɗen tiiɗii, waru hoore on dabii hakkunde leƴƴi e feddeeji diina ɗin, julɓe waraama ko ɗuuɗi ; musiɗɓe men fulɓe wuuruɓe e ndin lesdi kadi lettaama ko tiiɗi. Gooto alaa ko walla-ɓe.

E fillayee Moodi tijjaani maalun, gooto e yiilooɓe fulaniface, fulɓe santarafrik ɓen « tawaaka e parawol gootol politiki » e nder lesdi ndin. « E 2011, hay ko timmata 11 fayɓe fulɓe ɓen naataa lekkol », annde maɓɓe fow « ko nguuree neemoraaɗi maɓɓe ɗin e ngese maɓɓe ɗen », ko ɓe julɓe wuuruɓe sera, jokki haajuuji mun.

Gila oo gere fuɗɗii, fulɓe hino waree masimbinee e jurol annasaara’en. Eggaama ka hello fulanitube facebook, fulɓe ton no seeditoo, ɓe wi’i: « Men henndike seedeeji e mbodooji (widiyoo) hollayɗi sonjaa musiɗɓe men julɓe e fulɓe santarafrik. Jiwun pulun wuurukun ka saare balak wi’anii men e kongol makko » « faransiiɓe ɓen aray ƴellitagol men ñalorma, men torooɓe heddagol takko amen jemma ɓe saloo, sabu ayɓe ɓen ko jemma arata warugol men, haa men sikki ko faranseeɓe ɓen tigiri woni hollude ɓe ka men woni”.

En annditinay kadi fulɓe Gine jooɗiiɓe bangii ɓen hino sonjii ton fota fota, hiɓe fattoyii e coociiru ka saare ton, ɓe alaa gooto ko wallitooɓe. Woɓɓe e maɓɓe waraama ton e nde’e.

Gooto kala maruɗo feere no wallitora ɓee musiɓɓe men, hino toraa nootagol faabo maɓɓe ngon ko ɓuri e yaawude.

Yo Alla reenu’en ayna.

www.liberation.fr/monde/2013/12/04/centrafrique-le-reveil-des-vieux-demons_964273

Français:
Les exactions qui se passent en ce moment même en Centrafrique. Étant les maillons faibles qui n’ont personnes pour les protéger, les peuls sont les premiers victimes dans cette guerre. Dans le silence et dans l’indifférence totale de tout le monde. Contrairement à ce qui nous a été montré dans certains media, les peuls de ce pays n’appartient à aucun bord politique.

En 2011 ces nomades n’avaient même pas 11 enfants scolarisés. Leurs préoccupations quotidiennes se limitent à leurs bêtes et à leur survie.
Étant des musulmans et vivants isolés, les antis baraka pour se venger du pouvoir central, ont déversé leur haine et leur cruauté sur ces peuls de brousse. Depuis le début ces violences contre les peuls n’ont pas cessé.

Pour déclencher les hostilités la milice chrétienne a commencé par les peuls en massacrant 12 personnes. Et aujourd’hui après le départ du président Ndjotodia les exactions continuent de s’abattre sur les musulmans en particuliers sur les peuls, de plus belle. A travers notre page « Fulanitube » sur Facebook, nous avons reçu plusieurs témoignages, des images vidéo et photos qui illustrent ce mauvais sort qui s’abat sur les peuls en Centrafrique.

Dans ces témoignages reçus, il y ‘en a qui accusent les militaires français de passivité quand il s’agit de la protection des peuls, pire encore il y en a même qui accusent la France de complicité. Selon les témoignages, la France est au courant de ce massacre. Les militaires français viennent nous voir la journée et on les supplie de rester avec nous la nuit. Sachant que c’est la nuit que anti Balaka viennent nous tuer. Mais ils ne restent jamais. Parfois on a l’impression qu’ils sont là pour indiquer aux autres notre cachette. Nous a dit au téléphone une fille peule vivant à Bangui et l’une de rare à avoir été à l’école. Espérons que la France ne rééditera pas l’expérience Rwandaise en Centrafrique.

Nous demandons à toute personne ou organe qui recevra ce message de le diffuser largement, ceci dans l’espoir que quelqu’un volera au secours de ce peuple sans défense et qui se trouve dans un conflit qui les dépasse.
Et si quelqu’un à une audience auprès des autorités centrafricaines, auprès des autorités camerounaises ou partout ailleurs faites quelque chose pour que cesse cette violence.

Autres peuls victimes au même titre que les peuls de Centrafrique c’est sont les peuls de Guinée qui vivaient à Bangui. Ils sont abandonnés à eux mêmes. Réfugiés dans une église, il y’a trois jours une dizaine d’entre eux ont été tué auprès d’une gare à Bangui. Eux aussi ont besoin d’aide pour sortir de cet enfer.

Que ça soit les peuls centrafricains ou les peuls d’ailleurs qui font du commerce dans ce pays, ils n’ont rien à voir avec la politique et les Seleka. Faites quelque chose pour les sortir de là.

Tijjaani Maalun
 

Rokku miijo (coment)

%d blogueurs aiment cette page :