Nafitorgol karallaaji kesi fii jannugol Fulfulde

 Gila internet layi, humindiri jamaaji ɗin, wontuno laawol lumbinirngol miijooji e eɓɓooje, maandinirngol jannde e gannde. Ko e ngol laawol kadi yimɓe ɓen waɗti daɗndirde ngaddamaakuuji maɓɓe e finaa-tawaaji maɓɓe, seɓitoriiɗi mulugol. Jokkito »

Miijo: Yahugol njananiri fii ɗaɓɓere e nguu jamaanu hannde!

Fulɓe wi’i: « Mo haylaaki o haylay hoore ». Ndee tiitoonde yahugol njananiri fii ɗaɓɓere e nguu jamaanu hannde no hitti fota fota, teeŋtinii wonande sukaaɓe wontirɓe hiirnaange Afrika (west Africa), sabu yaltugol fii Jokkito »

Fulɓe e Luumol nder Najeeriya

Joomirawo waddii jamanu ko halli to Fulɓe Najeeriya: Na’i amen keeñi. Iyaalu ɗuuɗi. Ko ɗuuɗi nder sukaaɓe amen accii durngol ngam na’i keppaama – ɓe ngalaa ilmu, ɓe ngalaa sanaa’a, faa woɓɓe Jokkito »

Tawtee e foolotiro tafugol « Meme » ngol ka Ɗemɗe Neeniije

Musiɗɓe tedduɓe, juurotooɓe Misiide, Men hewtidii hannde kadi e kumpital mawngal, kumpital ɓamtaare Fulfulde, e jurol gannde kese. Wano woowiri non, tuma kala, men humpitay on ka ɗemngal men ngal naatiri e Jokkito »

UNESCO humpitii tiitoonde ñalaande winndere ɗemɗe neeniije ɗen 21 Fabraa’iru 2017!

Fii mawningol ñalaande Hakkunde-leyɗeere wonande Ɗemɗe Muynaaɗe Ɗen ñalnde 21 Fabraa’iru 2017, UNESCO, fedde kippunde nden fii ɗuuɗal pine e ɗemɗe.. ka aduna, okkuɓe kadi ñalaande 21 Fabraa’iru nden e hitaande kala, Jokkito »

 

L’héritage laissé par nos Saints abandonné dans le Futa!

Cette semaine j’étais dans le Futa Tooro dans le cadre de la tournée nationale de promotion de la diversité culturelle du Ministère de la Culture et du Patrimoine du Sénégal. J’étais chargé de réaliser dans cette région un court métrage sur quelques expressions culturelles. Dans la Région de Matam j’ai travaillé sur les Saints (Almamy Aboul Khadr Kane et  Cheikh Moussa Kamara) et sur quelques facettes culturelles notamment le Gnagnorou, la Poterie et le Pékane avec les Thioubalbés.


J’étais très heureux de visiter enfin la première Mosquée du Futa à Kobilo et à apprendre l’histoire de l’Almamy Abdoul Kadr Kane et celle du Cheikh Moussa Kamara de Ganguél Soulé. Nous devons véritablement être fiers de nos Saints. Par contre j’ai été très sensible à l’état de délabrement des manuscrits laissés par ses Saints et surtout de l’état de la Mosquée de Kobilo. Je dis franchement qu’il y’a des choses que la communauté du Pulaaku doit pouvoir faire pour sauver ce riche héritage. Je vous prie de voir ces images que j’ai prises lors du tournage du documentaire.

La Communauté ne doit pas laisser cette responsabilité dans les mains de l’Etat. Ce cri du cœur est valable pour tous les autres héritages que notre communauté a partout dans la Diaspora. manis2 Nous ne devons pas laisser disparaître notre riche patrimoine. Moi je viens de fixer sur pellicule ces quelques facettes de notre culture. Si jamais le film peut aider à la mobilisation de fonds pour la numérisation des manuscrits de ses deux Saints et pour la réhabilitation de la Mosquée, je le mettrai à contribution. La meilleure manière de manifester notre Pulaaku c’est de poser des actes concrets et non de se revendiquer Peul. Je ne prétends en aucun cas être donneur de leçon c’est juste un cri du cœur. Veuillez m’en excuser.

Bon week end

 

 

Alpha Sadou GANO

Rokku miijo (coment)

%d blogueurs aiment cette page :